Cinecongo
Le président du jury de la 5e cérémonie des Mongita Awards

Georges Nzuzi Salambiaku : un professionnel des médias et des arts

Georges Nzuzi Salambiaku est un professionnel des médias et des arts. Il est né le 09 février 1967 à Kinshasa, marié à Madame Antele Bhin Nada et est père de famille. Il est journaliste, cinéaste, critique de cinéma et entrepreneur culturel.

Un parcours professionnel riche et diversifié

Georges Nzuzi Salambiaku a travaillé comme journaliste-reporter au Journal l’observateur avec son supplément sélection infos et correspondant de Presse des quelques rédactions depuis 1997. En 2024, il a créé son propre canard « journal la Vapeur ». Il a été Rédacteur en Chef ou Rédacteur en Chef Adjoint de certains tabloïdes culturels.

Un membre actif de la communauté culturelle

Georges Nzuzi Salambiaku a également été membre de jury en 2021 aux Journées Cinématographiques de Carthage, JCC, et président depuis 2018 du jury des Mongita Awards. Il est président depuis 2006 de l’Association Congolaise des Critiques Cinématographiques, ACCC. Il est par ailleurs administrateur du Festival International de Danse « Me. Ya. Be » et de la direction Ciné-Médiathèque de Rtnc2-Développement.

Une carrière artistique et culturelle de plus de quatre décennies

Georges Nzuzi Salambiaku a réalisé des œuvres de haute facture tout au long de sa carrière artistique et culturelle de plus de quatre décennies. Son travail dans les médias et les arts a été reconnu et apprécié par ses pairs et le public.

En somme, Georges Nzuzi Salambiaku est un homme aux multiples talents qui a su se faire un nom dans le monde des médias et des arts en République Démocratique du Congo. Sa contribution à la culture congolaise est inestimable et son parcours professionnel riche et diversifié est une source d’inspiration pour de nombreux jeunes Congolais.

Le blog
9 nominations pour Confinement dilemme
Jephté Ibuka narre un drame dans son « Confinement dilemme »

Un drame intense et déchirant : « Lewis » et « Angel » pris au piège de leur liaison secrète

Dans l’univers tumultueux des relations interdites, parfois la passion et la douleur s’entremêlent pour créer un drame intense et déchirant. C’est le cas de « Lewis », interprété par le talentueux Patrick Tshikangu, et « Angel », jouée par la talentueuse Eternella Diasivi Maza. Leur histoire, marquée par la trahison, le secret et la culpabilité, ne cesse de prendre des proportions tragiques.

« Lewis », un homme marié à « Mireille », se retrouve pris au piège d’une liaison clandestine avec « Angel », une jeune paysanne de seulement 15 ans. Leur relation, initialement empreinte de passion et d’insouciance, bascule brutalement lorsque « Angel » découvre qu’elle est enceinte.

Extrait du film « Confinement dilemme » de Jephté Ibuka

Déchirée par la culpabilité, « Angel » se voit contrainte de faire face à la réalité et décide de confronter la femme de « Lewis », « Mireille », pour lui révéler toute la vérité. Mais les circonstances ne jouent pas en sa faveur. Les barrières physiques imposées par le confinement viennent s’ajouter aux barrières émotionnelles, rendant leur rencontre impossible.

« Lewis » et « Angel » se retrouvent ainsi dans un véritable labyrinthe émotionnel, où chaque choix et chaque décision les entraînent un peu plus dans une spirale de douleur. Les conséquences de leurs actes les rattrapent, les piégeant dans un tourbillon de trahison et de secrets inavouables.

Le talent de Patrick Tshikangu, dans le rôle de « Lewis », et d’Eternella Diasivi Maza, dans celui d' »Angel », donne vie à ces personnages complexes et tourmentés. Leur jeu d’acteur saisissant permet de plonger au cœur de cette histoire bouleversante, où les émotions se mêlent et se déchirent.

Ce drame intense explore les limites de l’amour, de la loyauté et de la trahison. Comment trouver la rédemption lorsque l’on est prisonnier de son propre mensonge ? Comment se reconstruire lorsque les barrières émotionnelles et physiques semblent insurmontables ?

Le blog
Communiqué sur une mise au point pour ce Mongita Awards

Les Mongita Awards sont fiers de servir la nation congolaise à travers la culture cinématographique depuis plus de six ans maintenant, et jusqu’à présent, ils demeurent une référence incontournable dans le domaine du cinéma en République démocratique du Congo.

Grâce à plusieurs années d’expérience, nous avons rencontré de nombreuses difficultés qui nous ont permis de mûrir et de nous enrichir dans la compréhension de l’écosystème cinématographique congolais, de ses forces et de ses faiblesses. Cela nous a permis de nous positionner pour proposer des pistes et des solutions visant à soutenir l’élan des cinéastes congolais depuis plus d’une quinzaine d’années.

Parmi les faiblesses constatées, on peut noter la faible participation des femmes dans l’industrie cinématographique congolaise. Au cours des années d’existence des Mongita Awards, seule une poignée de femmes ont participé en tant que réalisatrices et jamais en tant que preneuses de son, camerawomen ou directrices de la photographie.

Les Mongita Awards ont pris conscience de cette situation, et cette année, des mesures nécessaires seront prises pour y remédier. Nous aspirons à trouver une solution dans les années à venir.

Parmi ces mesures, nous prévoyons de :

  1. Solliciter une marraine pour cette 5ᵉ cérémonie des Mongita Awards.
  2. Donner la parole à la présidente lors du discours inaugural de la 5ᵉ cérémonie, afin d’encourager les femmes à s’impliquer davantage dans le monde du cinéma, non seulement en tant qu’actrices, mais aussi dans tous les domaines de la création cinématographique.
  3. Faire intervenir l’ambassadrice des Mongita Awards, qui est à la fois un mannequin expérimenté et une actrice de cinéma.
  4. Entretenir un partenariat avec la structure Mameco production, qui s’occupera des invitations et fournira des cadeaux aux femmes lauréates lors de la remise des prix de la 5ᵉ cérémonie des Mongita Awards.

Il est important de souligner le dernier point avec une explication claire : les fonds perçus par la structure Mameco production grâce aux invitations pour la 5ᵉ cérémonie des Mongita Awards seront réinvestis dans :

  • La promotion de la femme dans le cinéma.
  • Ensuite, offrir un cocktail lors de la cérémonie.

Mameco production produira un court-métrage mettant en vedette la lauréate actrice, afin de maintenir sa visibilité et de la présenter aux prochains Mongita Awards.

Cela signifie que l’achat d’une invitation à la cérémonie des Mongita Awards à un prix symbolique, tel que requiert par la structure Mameco production, contribue à promouvoir les femmes dans l’industrie cinématographique. Les Mongita Awards restent attentifs et invitent toutes les personnes à travailler ensemble pour dynamiser l’industrie cinématographique en RDC. Cette année, nous déclarons que l’année commence par l’organisation de cette cérémonie et sera l’année de la femme dans le cinéma.

Annonces Le blog
Ma meilleure amie 2 Extrait
Ma meilleure amie 2 de JD Matezo explore un thème inédit

Dans « Ma Meilleure Amie », le court métrage poignant réalisé par Jd Matezo, l’actrice principale Evelyne Wanga offre une performance remarquable.

Ce film plonge les spectateurs au cœur d’un amour complexe qui remet en question les valeurs et les croyances de la société, avec une touche d’émotion sincère.

L’histoire tourne autour de deux jeunes filles qui luttent pour être ensemble malgré les obstacles qui se dressent sur leur chemin. Elles sont confrontées à des normes sociales strictes, à des préjugés et à des jugements de la part de leur entourage. Mais leur amour, porté par la force de leur conviction, les pousse à affronter tous les défis pour rester unies.

Extrait du film Ma meilleure amie 2

« Ma Meilleure Amie » est un voyage captivant qui met en lumière les défis auxquels sont confrontées les jeunes filles qui osent remettre en question les conventions sociales. Le film aborde des thèmes profonds tels que l’acceptation de soi, la tolérance et le courage de suivre son propre chemin, même s’il est considéré comme différent.

La performance d’Evelyne Wanga, dans le rôle central, est extraordinaire. Elle incarne avec une grande sensibilité et une sincérité touchante le personnage complexe et déterminé. Sa présence à l’écran captive le spectateur et transmet toute l’émotion et la vérité de l’histoire.

Par cette réalisation habile de Jd Matezo, « Ma Meilleure Amie » parvient à obtenir 6 nominations aux Mongita Awards grâce à cette réalité jugées inconventionnelles en Afrique racontée de manière subtile et puissante.

Le blog
Nomination Abus de Joyce Kevin Peniel
3 nominations pour le film Abus aux Mongita Awards

Dans un monde dans lequel la survie est un combat quotidien, le réalisateur Joyce Kevin Peniel nous plonge dans une histoire bouleversante avec son dernier film.

Mettant en vedette Chris Tula dans le rôle principal de Godlive, ce récit captivant explore les sacrifices et les épreuves auxquels une jeune femme de 18 ans est prête à faire face pour sauver la vie de son frère.

Dans ce film dramatique, intitulé « ABUS », Chris Tula incarne avec une intensité émouvante le personnage de Godlive. Après la mort tragique de leurs parents, Godlive se retrouve confrontée à une situation désespérée : son frère souffre depuis deux ans et sa vie est en jeu. Sans ressources financières suffisantes pour lui procurer les médicaments nécessaires, Godlive se voit contrainte de se prostituer, plongeant ainsi dans les profondeurs sombres d’un monde dangereux et dégradant.

Sous la direction experte de Joyce Kevin Peniel, le film explore les limites de la morale et de la dignité. Chaque scène est imprégnée d’une tension palpable, révélant la lutte intérieure de Godlive entre l’espoir et le désespoir. Le réalisateur parvient à capturer avec une grande sensibilité les émotions complexes et les dilemmes moraux auxquels Godlive est confrontée, offrant ainsi une performance remarquable de la part de Chris Tula.

Extrait du film Abus de Joyce Kevin Peniel
Le blog
Marlène Longange
Nécrologie : Le cinéma congolais pleure Marlène Longange

Dans un communiqué parut ce matin, l’Association Congolaise des Critiques Cinématographique annonce le décès de la comédienne Marlène Longange, comédien connue pour son rôle dans le film Viva Riva

La nouvelle est tombée depuis ce matin, Marlène Longange n’est plus. Internée à l’hôpital Nganda, où elle suivait un traitement contre le Cancer de sein, cette actrice du théâtre et du cinéma a tiré sa révérence, ce jeudi 10 août 2023, en cours à deux heures du matin. En attendant le programme des obsèques, son corps est gardé à la morgue.

L’Association Congolaise des Critiques Cinématographiques, ACCC, et les cinéphiles de la République Démocratique du Congo, saluent la mémoire de l’illustre disparu.

Le blog
Nestor Kongolo rafle 7 nominations aux Mongita Awards

Nestor Kongolo, un jeune réalisateur évoluant dans la ville de Lubumbashi, nous offre une maîtrise de l’écriture cinématographique à travers son film « CAROLINE », qui obtient sept nominations.

Voici le résumé du film Caroline

Un groupe d’ami composé de deux hommes et trois femmes se retrouve au cœur d’une histoire d’amour entre Richard, un jeune homme fortuné, et Caroline. Leur relation commence à se compliquer lorsqu’une troisième personne, prénommée Rachel et amie de Caroline, décide de s’immiscer. Curieusement, Rachel est mariée à Freddy, le meilleur ami de Richard. Cependant, Rachel ne se sent pas assez épanouie dans son mariage et elle décide de se faire passer pour Fatuma, une autre amie proche de Caroline, afin de séduire Richard.

Les choses prennent une tournure dramatique le jour où Rachel surprend Richard et « Fatuma » ensemble chez lui. Prise de colère, Rachel tente de poignarder « Fatuma », mais Richard s’interpose et reçoit accidentellement le coup de couteau.

Ce synopsis met en lumière les complexités des relations amoureuses au sein d’un groupe d’amis proches. Il explore les trahisons, les mensonges et les conséquences tragiques qui découlent des choix imprudents. L’histoire nous plonge au cœur des émotions intenses et des dilemmes moraux auxquels les personnages sont confrontés, remettant en question la loyauté, l’amitié et la véritable nature de l’amour.

Le blog
Loridon Kabasele à la 5ᵉ Mongita Awards avec FAKWA

Le cinéma n’a plus de secret pour Loridon Kabasele, un chevronné et amoureux du 7ᵉ art. Il présente avec fierté son court-métrage « FAKWA » à de la 5ᵉ cérémonie des Mongita Awards. Son talent et son travail sont récompensés par cinq nominations dans différentes catégories : Meilleur réalisateur, Meilleur Directeur photo, Meilleur son, Meilleur monteur et Meilleur Acteur avec David Ngangi.

Voici le résumé du film :

Un aveugle mendiant sans abri se trouve dans la rue lorsque, par bonheur, un inconnu lui tend un billet de 20$. Le mendiant, confiant et rempli d’espoir, remercie chaleureusement l’étranger pour cet acte de générosité. Cependant, son bonheur est de courte durée, car un autre individu sans scrupules s’approche et profite de sa vulnérabilité. Ignorant la situation, l’aveugle se fait arnaquer lorsque l’individu sans scrupules échange le billet de 20$ contre des papiers sans valeur.

Ce récit touchant met en lumière la force de la résilience humaine et la capacité de surmonter les obstacles les plus difficiles. Il nous rappelle l’importance de la compassion et de l’empathie envers les plus démunis, ainsi que la valeur de chaque individu, indépendamment de sa situation ou de ses handicaps.

Extrait du film Fakwa !
Le blog
Extrait du film BUTU de Kevin Mayamba

Le film Butu de Kevin Fox Mayamba est aujourd’hui en sélection officielle aux Mongita Awards.

Le film compte huit nominations et le réalisateur a pu aligner dans son équipe technique, des pointures dans la sphère du cinéma congolais.

Résumé du film :

MAYAMBA, un jeune homme, est élevé par son oncle paternel après la perte de ses parents. Vingt-cinq ans plus tard, MAYAMBA réussit à obtenir son diplôme d’État avec brio. Cependant, ses rêves d’études supérieures sont anéantis en raison de contraintes financières. Pour réaliser son désir de poursuivre ses études, MAYAMBA est contraint d’emprunter de l’argent à ses amis étudiants et de s’installer dans une résidence universitaire.

Une fois à l’université, MAYAMBA découvre un monde nouveau, un monde dans lequel il décide de s’intégrer. Il apprend qu’un groupe de criminels, connus sous le nom de « Kuluna », sévit dans les rues pendant la nuit. Endetté auprès de ses amis et sous la pression constante de ces criminels, MAYAMBA finit par se joindre à eux, espérant que cela résoudra ses problèmes financiers.

Cependant, en rejoignant cette dangereuse organisation, la vie de MAYAMBA bascule dans un tourbillon de violence et d’intrigue. Il se retrouve impliqué dans des activités criminelles qu’il n’aurait jamais imaginées auparavant. La frontière entre le bien et le mal devient floue pour MAYAMBA, qui se demande s’il a pris la bonne décision.

Dans ce thriller sombre et captivant, MAYAMBA lutte pour trouver sa place dans ce monde brutal et découvre sa vraie nature, alors qu’il est entraîné de plus en plus profondément dans les machinations des Kuluna. Sa survie sera mise à rude épreuve dans cette histoire pleine de rebondissements et de suspense.

Extrait du film Butu de Kevin Mayamba
Le blog