Cinecongo
Balufu : Report du Sommet National de la Culture.

L’éminent réalisateur Balufu Bakupa-Kanyinda a récemment communiqué sur le report du Sommet National de la Culture en République démocratique du Congo. Cette décision, motivée par diverses contraintes, vise à garantir une participation optimale et la tenue de l’événement dans les meilleures conditions.

Dans sa communication, Balufu exprime sa gratitude envers tous les participants qui ont répondu avec enthousiasme et engagement au questionnaire préparatoire au Sommet. Leur contribution participative, intellectuelle et citoyenne a été précieuse pour la construction d’une réflexion commune visant à améliorer l’administration gouvernementale de la culture dans le pays.

Cependant, le comité d’organisation a dû faire face à des difficultés logistiques, notamment en raison des perturbations actuelles du transport aérien, essentiel pour le déplacement des participants en provenance des différentes provinces. De plus, le processus de résolution d’un conflit au sein de la Socoda et le contexte des élections générales ont également influencé la décision de reporter le Sommet.

Balufu souligne l’importance de la participation des principaux créatifs, acteurs culturels, institutions et entrepreneurs de toutes les provinces, ainsi que ceux résidant à l’étranger. Afin d’assurer une participation optimale, le comité prolongera ses travaux préparatoires, finalisera le processus de résolution du conflit de la Socoda dans les prochains jours et envisagera de programmer le Sommet au premier semestre de 2024.

Cette décision témoigne de l’engagement de Balufu en faveur du développement et de l’émergence d’une économie culturelle en République démocratique du Congo. Une déclaration officielle concernant le report du Sommet sera publiée prochainement, offrant ainsi aux acteurs culturels et aux participants une vision claire des prochaines étapes.

Loading

Le blog
SOCODA améliore sa réputation auprès des artistes

Le droit d’auteur est une question importante pour les artistes et les créateurs en République démocratique du Congo (RDC), où les violations des droits de propriété intellectuelle sont fréquentes. La Société congolaise des droits d’auteur (SOCODA) est une organisation qui a été chargée de protéger les droits d’auteur en RDC.

La SOCODA, la société congolaise des droits d’auteur, est chargée de collecter les droits d’auteur auprès des utilisateurs de la musique, des films, des livres et d’autres œuvres créatives, et de les redistribuer aux artistes et aux ayants droit.

Création et mission

La SOCODA est une société privée créée en 2003 en RDC. Elle est l’un des principaux organismes chargés de la gestion des droits d’auteur et de la protection de la propriété intellectuelle en RDC. La SOCODA opère sous la Loi n ° 82-001 sur les droits d’auteur et les droits voisins en République démocratique du Congo. Selon cette loi, toute personne qui utilise une œuvre protégée par le droit d’auteur doit payer une redevance aux ayants droit. La SOCODA est chargée de collecter ces redevances et de les redistribuer aux artistes et aux ayants droit.

Michel AGU, Directeur Général de la SOCODA

Peau neuve

Malgré son mandat important, la SOCODA a été critiquée pour des pratiques corrompues et des paiements inégaux aux artistes et aux ayants droit. De nombreux artistes en RDC n’ont pas confiance en la SOCODA et préfèrent gérer leurs droits d’auteur de manière indépendante ou en utilisant des organisations de gestion collective alternatives. Cependant, la SOCODA a récemment adopté des mesures pour améliorer la transparence et l’équité dans la redistribution des droits d’auteur. Elle a organisé des consultations avec des artistes et des experts pour identifier les problèmes clés et développer des solutions pour améliorer leur efficacité et leur transparence.

Loading

Le blog
DG de la Socoda
La Socoda, qu’en est-il des artistes cinéastes ?

Le droit d’auteur est un concept très important dans l’industrie cinématographique. Les créateurs de films et de vidéos ont des droits sur leur travail qui doivent être protégés pour garantir leur rémunération et leur reconnaissance.

En République démocratique du Congo, c’est la Société congolaise des droits d’auteur et des droits voisins (SOCODA) qui est chargée de la gestion des droits d’auteur pour les auteurs congolais.

La SOCODA est une société à but non lucratif créée en 2012 sous l’égide du ministère de la Culture et des Arts. L’objectif principal de cette organisation est de protéger les droits d’auteur et de droit voisin des artistes congolais. Elle collecte les redevances dues aux artistes lorsque leurs œuvres sont utilisées ou reproduites dans les médias, les festivals, les événements publics et les lieux de divertissement en RDC.

Le droit d’auteur donne légalement aux créateurs d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles des droits exclusifs d’exploitation et de diffusion de leurs œuvres. Les droits peuvent être répartis en plusieurs catégories, notamment les droits de reproduction, de diffusion, de commercialisation, de traduction et d’adaptation. Les artistes peuvent également donner leur autorisation pour que leurs œuvres soient utilisées à des fins non commerciales ou limitées.

Assemblée Générale de la SOCODA

Pour ce qui concerne la RDC, tout pousse à croire que la SOCODA se penche plus vers la musique que vers les autres arts. En plus, beaucoup qui se trouvent dans l’administration de ladite société, sont plus de la musique entre autre. Il faudrait mettre en place des mécanismes de sensibilisation, d’encadrement et surtout de communication pour regagner la confiance des artistes et la relance effective de cette société de droit.

Le respect des droits d’auteur est crucial pour garantir une industrie cinématographique saine et durable. Pour cela, des mesures doivent être mises en place pour les faire respecter et pour protéger les auteurs d’œuvres cinématographiques. Les sanctions pour les violations de droits d’auteur doivent inclure des amendes et des peines de prison.

En somme, le droit d’auteur est une composante essentielle de l’industrie cinématographique et la SOCODA doit se munir et jouer ce rôle clé pour protéger les droits des artistes congolais en RDC. Les créateurs d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles doivent se rapprocher de la SOCODA et doivent être conscients de leurs droits et des processus de gestion des droits d’auteur pour garantir leur juste rémunération et la reconnaissance de leur travail.

Loading

Le blog