Cinéma : Un hero s’en est allé. Steve Biko Eale

C’est cet avant midi du 19 août 2017, que la nouvelle du décès de Steve Biko Eale a circulé sur la toile avant d’être confirmée par le cinéaste T. Kabambi. Les circonstances de la mort n’ont pas encore été révélées.

Steve BIKO a incarné en 2014 Kanto dans le court métrage du cinéaste congolais Tshoper Kabambi, un film consacré meilleur film aux trophées francophones la même année.

Son entrée dans le Cinéma racontée par Tshoper Kabambi

« Alors que j’étais encore étudiant à L’INA, j’ai fait la connaissance de Steve BIKO EALE avec sa bande de collègues, une classe de moins que nous, on faisait tous partis d’une bande des inconscients, tous allaient inconsciemment bien pour nous. Un jour pendant que je déambulais dans les rues de Kinshasa avec un long texte de théâtre à mémoriser, je croise un enfant de la rue qui avait l’âge de mon jeune frère, une idée inconsciente me vient de faire un film documentaire, j’ai eu la bénédiction et le soutien des grands frères dont Ruffin Mbou Mikima mais par manque d’expérience j’ai perdu le petit « KANTO » avait-il finalement brisé les chaines de sa marâtre pour rejoindre son père au front ? Je sais que mon documentaire était parti avec lui.

Quelques années plus tard, j’écris MBOTE ! Pour rendre hommage à Kanto qui en même temps avait le même nom que l’un des mes amis d’enfance, j’en parle à STEVE BIKO EALE qui me coupe la parole en disant « Ne gâche pas ta salive, je sais que tu n’as rien à me payer mais ton histoire m’intéresse je le ferais pour l’amour de l’Art, même si ce n’est pas l’art que nous allons manger ».
Voilà d’où est parti notre aventure… voilà l’aventure qui cimenta notre amitié… voilà une histoire de naissance d’un cinéaste ».

Film Mbote

Pour Ruffin Mbou Mikima, cinéaste congolais (Brazzaville ),  » un talent vient de disparaître à fleur d’âge emportant son art, lui qui a pourtant permis de sublimer le film Mbote ».

Franck Kitenge
Patrick Ntumba

Photos : BimpaProd

Facebook Comments

Laisser un commentaire